Un peu d’histoire

Le bike polo est un sport inventé en Irlande en 1891 par Richard J. Mecredy. Le remplacement de la monture d’origine par un vélo va permettre de démocratiser ce sport qui devient dans sa version modifiée accessible au plus grand nombre. Le sport se pratique alors sur gazon et fut présenté en démonstration aux jeux Olympiques de Londres en 1908. Le «Hardcourt bike polo» pratiqué aujourd’hui dans un contexte urbain, et sur «terrain dur» nous vient de Seattle ou le premier match sur terrain ferme à été joué en 1999.La facilité d’accès à ce sport en fait un sport très populaire, profondément lié à la culture du vélo, mais surtout spectaculaire ! Depuis 2004, les villes d’Amérique du Nord se sont affrontées à travers des tournois de ligues Est, Ouest Nord. Le plus grand tournoi, jamais égalé, a eu lieu en Août 2008 à Chicago et a rassemblé trente quatre équipes venant de douze villes différentes. Ce sport accroît également sa popularité en Europe, où plusieurs tournois sont organisés chaque année dans les grandes villes en Allemagne, en Suisseen Angleterre et en France, telles que Zurich, Londres, Berlin, Paris…

…et Strasbourg. 

_

Règles générales du Bike Polo

Etant un sport emergent en perpetuelle evolution, le style de jeu, certaines regles et les equipements peuvent varier d’une ville a une autre. 

TERRAIN

  • Le bike polo est un sport collectif où deux équipes de trois joueurs s’affrontent sur un terrain rectangulaire fermé d’une surface idéale de 20 mètres de largeur pour 38 mètres de longueur.
  • Aux extrémités du terrain, deux cônes, ou mini-buts, espacés approximativement de la longueur d’un vélo matérialisent les buts où les équipes devront aller marquer.
  • Aux extrémités de la ligne médiane du terrain se trouvent deux cloches, ou zones de pénalité, que les joueurs devront aller taper de leur crosse s’ils posent le pied à terre. On tape à celle de son choix, aux deux en cas de “double Tap Out”.

MATCH

  • Au début d’un match, la balle est placée au milieu du terrain et les deux équipes attendent le coup d’envoi derrière leur but respectif.
  • Un compte à rebours marque le début de la partie : A l’arrêt pendant “3,2,1…”, départ à “POLO!”
  • A la suite d’un point, l’équipe qui a marqué, retourne dans sa moitié de terrain en attendant que l’équipe adverse attaque à son tour.
  • Le match arrive à terme lorsque l’une des deux équipes atteint un score de 5 points. Si le match est régi par une durée de temps limitée (souvent de 10min), c’est l’équipe ayant le score le plus élevé qui gagne.

BUTS

  • Une passe est obligatoire si l’attaquant a traîné la balle avec son maillet jusqu’aux cages.
  • Si c’est un attaquant qui tire, tout rebond est bon, sauf si la balle est touchée par le côté long de la tête de son maillet, par un coup de main ou de pied.
  • Si c’est un défenseur qui tire, tout rebond est bon, y compris avec le côté long de la tête de maillet.

CONTACTS

  • Maillet contre maillet (avec ou sans balle) accepté.
  • Joueur contre joueur toléré si modéré.
  • Roue contre roue toléré si modéré.
  • En cas de contact intempestif, on a le droit même sans décision arbitrale d’aller à la cloche : le fair play est encouragé ! 

ARBITRAGE

  • En cas de faux départ répétés, l’arbitre peut donner la balle à l’équipe adverse.
  • Un jeu dangereux sera sanctionné par une pénalité : cloche, voire double cloche.
  • Cloche dès que le pied touche le sol.
  • Appui sur un autre vélo, un maillet, une cheville interdit : double cloche.
  • Lancer de maillet interdit : double cloche. Maillet devant, ou dans, une roue : double cloche.
  • Un joueur hors jeu dégage le plus vite possible.
  • Des temps mort peuvent être demandés par l’arbitre n’importe quand ou par un joueur après un but (encaissé ou marqué) dans la limite d’un par équipe et par jeu.
_

Les équipements

LE VÉLO

Tout type de vélo peut convenir à la pratique du bike polo. Néanmoins il est préférable d’avoir un petit rapport entre le plateau et le pignon pour disposer de fortes accélérations le jeu étant constitué d’arrêt et de redémarrages perpétuels, ainsi que des freins (avant ou avant/arrière) pour sa propre sécurité et celle des autres joueurs.

LES CROSSES

Devant la récente émergence du bike polo, les crosses sont désormais commercialisées via internet mais la majorité des joueurs préfèrent fabriquer leurs crosses eux-mêmes avec du matériel de récupération. Les crosses sont habituellement composées d’un morceau de tube de gaz solidement fixé à l’extrémité d’un bâton de ski. Chaque joueur peut ainsi fabriquer la crosse qui correspondra le mieux à ses attentes.

LES COVER WHEELS

Destinées à éviter que la balle ne traverse les rayons, ce sont de fines épaisseurs de carton plaquées de part et d’autre des roues. Elles sont habituellement fabriquées et décorées par le joueur puisque cet article ne fait pas encore l’objet d’une diffusion commerciale. De plus le bike polo se caractérise et fédère autour de l’idée du fait-maison et de la personnalisation des équipements.

LA BALLE

Les balles communément utilisées sont celles de street Hockey. Habituellement oranges, rouges ou jaunes, elles sont composées de plastique rigide et peuvent être lestées avec de l’eau pour accroître leur pesanteur.

LES PROTECTIONS

La majorité des joueurs porte un équipement de sécurité composé d’un casque obligatoire et d’une paire de gants. Néamoins tout type de protection est autorisé (tibias, genoux, coudes et avant-bras, etc.)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :